CLIMAX

In this serie, women confront certain preconceptions about their gender through a simultaneously provocating and prudish exhibition of their own sexuality. the idea of their own pleasure is imposed. The poses are disturbing and unexpected. The cast of these women counters the usual image of female bodies in our daily lives. There is confusion between what is exposed and what remains hidden. An internal force seems to have overwhelmed the model. She appears to fall into herself, irresistibly drawn to her center. This inversion is driven by a necessary questioning of self, it is an intimate quest for absolute identity. The absence of engagement through a direct gaze, with faces masked or turned away, is troubling and adds a dimension of revolt (almost a guerrilla?) The tense gestures immobilized by the camera, the neutral background, the highly staged atmosphere and the large format invest the subject with a sense of importance. The body at the center of the image takes on a sculptural dimension. Through this work, I question my own femininity, sexuality and identity as a woman in todays society.

 Arles 2010 selection Voies Off


Dans cette série, la femme affronte les à priori sur son sexe en exhibant sa sexualité dans des poses provocantes mais fermées au regard du spectateur. Elle impose l’idée de sa propre jouissance.
Les poses sont troublantes et inattendues.
Les attitudes vont à l’encontre de l’image du corps féminin dans notre quotidien.
On ne sait plus ce qui est montré et ce qui reste caché.
Une force intérieure paraît bouleverser les modèles, renverser les positions.
Sur certaines images, le corps semble se replier sur lui-même, converger vers le centre.
Cette agitation paraît mue par un questionnement nécessaire, un corps à corps, soi contre soi, une quête absolue d’identité.
L’absence de regard, les visages tournés ou même masqués provoquent un trouble et donnent à l’image une dimension de révolte.

Je mets en scène des personnages ordinaires pour en sublimer la nature et aborder le problème de l’identité dans le monde moderne. J’utilise les corps et les forces et les résistances qui les animent pour exprimer la fragilité et la vulnérabilité de l’être humain dans son environnement, mais aussi son pouvoir de perturbation.
Par ce travail, je questionne ma propre féminité et mon identité de femme dans la société.
En général, un climax est un point de plus grande intensité d'une force dans une série ascendante ; c'est-à-dire un point culminant.

Corinne Mariaud 2011

- Rencontres Photographiques Arles 2010 - sélection Voies Off - commissaire Christophe Laloi
- Lettre de la Photographie, sélection Jean-Luc Monterosso, nov 2011