PORTRAITS

Laissez moi humer vos sombres pensées, avec les miennes mêlées, j‘essaierai de faire votre portrait - mais ce n’est pas moi me direz vous c’est vous - mais pas du tout, j’ai tout vu, ce qui me parlait, ça flottait sur votre visage, ma pellicule est très sensible elle a réagit c’est ainsi. - Mon œil, les choses n’existent que parce qu’on les voit. - Et bien, dépêchez vous de regarder, c’est la vie qui n’existe pas, les images, elles, seront toujours là.